Portrait : Fatima, chef à domicile indienne et vietnamienne à Paris

Elle se voyait à son arrivée en France vendre des samossas et des beignets devant la Tour Eiffel. Aujourd’hui, elle clame l’urgence de cuisiner pour les autres, de leur faire découvrir les spécialités indiennes et vietnamiennes qu’elle cuisine au quotidien et de sentir le plaisir qu’elle peut procurer.

Chef à domicile, Fatima propose ses services de cuisine à domicile avec des spécialités indiennes et vietnamiennes
Fatima est ici dans son élément : quand elle se sent bien, elle a envie de cuisiner, quand elle s’énerve, elle cuisine

Qui êtes-vous, d’où est-ce que vous venez ? Issue de parents Indiens, natifs de Pondicherry, ancien comptoir Français en Inde, je suis née en Indochine Française, aujourd’hui nommée Viet-Nam. Je m’appelle Fatima et suis l’aînée d’une famille de 8 frères et sœurs. Venue en France en 1975, mes  premiers pas furent faits dans la restauration. Ce n’était pas un hasard, mais faire la cuisine… c’est tout ce que je savais faire. Ma mère m’avait enseigné cet art dès mon plus jeune age : les richesses culinaires que proposent les épices, leurs variantes, leurs arômes, et comment les utiliser. Nous pouvions passer très aisément de la cuisine légère Vietnamienne à midi, à un imposant curry Indien le soir; c’était selon nos envies, et en période de guerre, selon nos moyens. Ma maman est une sorte de génie, elle arrivait à nous nourrir avec trois fois rien. Quelques herbes, une poignée de riz, des épices, et la magie opérait. Et c’est cela qu’elle m’a transmis. Un savoir faire, pas une recette.

Aujourd’hui c’est ce savoir faire que je mets à votre disposition : une richesse de goût, le savant mélange des épices les plus variées, vous faire connaître les bienfaits des curcumas, et ravir vos papilles des parfums sublimes et délicieux de mes origines.

J’aime à partager, à donner, à transmettre. Et si il y a une passion universelle, c’est bien celle de la table. C’est quelque chose de merveilleux que cette transformation de choses banales en quelque chose de sublime, et cela, plus que tout, se partage. Même les choses issues d’une simplicité primaire, travaillées avec pas grand chose, peuvent vous donner des résultats fort surprenants.

Comment avez-vous appris à cuisiner ? Depuis toute petite. Quand on est en famille, les filles doivent savoir faire la cuisine. A la maison il y avait une bonne, et les filles devaient rester avec elle pour apprendre à cuisiner, et lui donner un coup de main. C’est la tradition chez nous. Pour moi c’est important qu’une femme sache faire la cuisine, pour le bien de la famille. Et au moins, on sait ce que l’on mange lorsqu’on cuisine soi-même, c’est plus rassurant.

Curry indien cuisiné à domicile par un chef indien. Ce chef n'est autre que Fatima
Curry indien de dos de cabillaud, accompagnés de légumes à la graine de moutarde et de riz, proposé par Fatima

Qu’est-ce qui vous manque, du Vietnam?  C’est une vie simple, agréable et en communauté. A 18 ans, je ne connaissais pas encore grand-chose de la vie mais on s’occupait avec des choses simples : on passait du temps en cuisine, on avait une vie agréable, on voyait des amis, on cuisinait, on discutait avec les voisins, on allait voir un film…

Vos premières impressions en arrivant en France ? « C’est le paradis ! » C’était le mois d’août, à Charles de Gaulle, j’étais contente ! J’ai demandé à aller sur les Champs Elysée, à la tour Eiffel. Je me suis dit que c’était l’avenir. Je me voyais déjà vendre des beignets ou des samoussas à la sortie des cinémas, devant les lieux touristiques !

Qu’est-ce qui vous plait en France, et qu’est-ce que vous trouvez plus difficile ? Ce que j’ai trouvé le plus difficile c’était le contact. Juste pour parler ou demander quelque chose, c’était compliqué. Et encore plus aujourd’hui, les gens se méfient de tout.

Revenons à la cuisine, est-ce que vous cuisinez tous les jours ? Oh oui ! Quand je me sens bien, j’ai envie de cuisiner. Quand je m’énerve, je me venge en cuisine.

Quels sont vos plats favoris ? J’aime toutes les herbes aromatiques, le basilic thaï, la coriandre, toutes les feuilles et salades. Et mon plat préféré c’est le poisson frit que je mange avec la sauce nuoc nam ou la sauce de soja.

L’ingrédient dont vous ne pourriez pas vous passer ? La coriandre et les 5 épices indiennes qui sont anis, girofle, cardamone, cannelle et cumin.

Crêpe jaune, spécialité indienne, par notre chef à domicile Fatima
Le Banh Xeo ou crêpe jaune, spécialité vietnamienne de Fatima qui remporte à chaque fois un grand succès dans sa famille.

Qu’est-ce qui vous motive dans l’idée d’aller cuisiner chez des particuliers ? Dès que je veux faire plaisir à quelqu’un, c’est toujours à la nourriture que je pense en premier. Les autres penseront à un parfum, un vêtement, mais moi j’aime faire plaisir par la nourriture, et que les gens s’en souviennent. J’aime cuisiner pour les autres. J’ai eu un  restaurant de 1984 à 1991 à Château Thierry mais j’ai dû arrêter parce que ce n’était pas compatible avec la vie familiale. Aujourd’hui les enfants sont grands, plus rien ne peut m’arrêter !

Si vous étiez client AnotherChef, quel plat choisiriez-vous ? Ce n’est pas parce que je suis vietnamienne, mais ce serait vraiment le bo bun. C’est un plat complet que j’aime beaucoup.

Vous cherchez un cuisinier à domicile pour un repas différent, sous le signe du voyage et de l’authenticité ? Regardez le menu d’AnotherChef et retrouvez les spécialités de Fatima en cuisine vietnamienne et en cuisine indienne, ou craquez pour les menus d’autres chefs à domicile qui se feront un plaisir de venir cuisiner chez vous des plats délicieux et authentiques à partir de 14€ par personne : libanais, thaïlandais, turques, comorien, antillais, marocain… il y en a pour tous les goûts, à vous de choisir la destination

Tout comme Nicole, Fatima vous propose ses prestations de chef à domicile à paris et en région parisienne, spécialité cuisine vietnamienne.

Sur le même thème